Parent déculpabilisé

Déculpabiliser la parentalité, un parent à la fois ❤️

Dans le cadre de ma pratique en séances privées, lors de séminaires, formations ou
workshops, je rencontre beaucoup de parents, spécialement des mères, qui ont comme
principe « mes enfants passent avant moi » et qui vivent dans une culpabilité quasi-
permanente..

Culpabilité de ne pas être une « assez bonne mère », de ne pas en faire assez, d’en faire trop et culpabilité également dès qu’elles se permettent d’exprimer leurs besoins et de dire stop.



J’ai récemment échangé avec une maman qui me disait : 

Souvent je laisse faire… jusqu’à ce que ce soit trop… et là, j’explose, je dis des choses vraiment méchantes que je regrette et je m’en veux terriblement. Comment est-ce que je peux changer ça car c’est vraiment horrible ?

J’ai peur de traumatiser mes enfants !


Je lui ai demandé de regarder ce qui créait vraiment le traumatisme.

Et ce n’est pas tant le fait de crier sur ses enfants ou même d’employer des mots durs…

lion-565820_1280jpg

Dans la Nature, tous les petits apprennent qu’il y a des limites. Dans une famille de lions, le lion et la lionne jouent avec leurs petits, ils leur permettent de faire des tonnes de découvertes mais lorsque ça va trop loin, lorsqu’ils en ont assez ou lorsqu’ils souhaitent passer à autre chose, ils le leur font savoir.
Et si, malgré ça, le lionceau continue, il va peut-être recevoir un coup de patte et il va en tout cas être remis à sa place de manière bienveillante et ferme.

Et c’est ça que beaucoup de parents n’ont pas appris à faire et qui les fait tant culpabiliser…

S’il nous semble normal de respecter et d’exprimer nos besoins avec des adultes, notre regard est différent dès qu’il s’agit d’enfants.

Pour moi, le réel traumatisme se crée lorsqu’au final, vous êtes à bout, vous craquez et qu’ensuite vous vous sentez coupables et que vous vous en voulez pendant des heures, des jours, des semaines...


Énergétiquement, ce que votre enfant apprennent, c’est que c’est « normal » de se faire
marcher dessus et que lorsqu’on est prêt à dire stop, c’est « normal » de se sentir coupable et de continuer en mode « paillasson ».

Et qu’est-ce qu’il faudrait pour changer cet état d’esprit ?

Et si nous nous permettions de sortir de la culpabilité et d’exprimer librement nos besoins et nos limites même vis-à-vis les enfants ?

people-3120717_1280jpg

Comme les lions, sans reproches, sans agressivité, de manière bienveillante et ferme, montrant ainsi à nos enfants que c’est s’honorer de dire non quand on n’a pas envie !  Et qu’au contraire un oui forcé n’a rien d’honorant ni pour celui qui le dit, ni pour celui qui le reçoit.

A quel point avons-nous appris que ce n’est pas bienveillant de se respecter dans les relations ?

Ce que je souhaiterais voir, c’est des mères, des parents qui reconnaissent, acceptent et expriment leurs besoins et leur limites librement. 

Cela créerait des enfants qui apprennent que c’est primordial et qu’on n’a pas à se sentir coupable de cela. 







Lorelei Aeby

Facilitatrice certifiée Access Consciousness®️, formatrice et conférencière
Praticienne de la Psychologie Pragmatique
Spécialisé en empuissancement des jeunes,  marriage et relations

www.loreleiaeby.com